2

image_pdfimage_print

Pierredegivenchy_photo

Textes de Pierre

« Pour moi, Dieu n’est pas celui qui nous appelle à le rencontrer en nous faisant mourir.

J’ai un tout autre regard religieux

Je désire mourir : en me réjouissant d’avoir pu participer, à ma petite place, à la construction d’une fraternité de plus en plus profonde, et même totale, universelle, qui, j’espère, deviendra un jour l’unique mode de vie de notre terre, et, pourquoi pas, de tout notre univers.

C’est cette fraternité-là, en marche, qui, pour moi, est le signe du divin qui est en chacun de nous. Quand la fraternité universelle sera totale, elle sera divine. »

 

« Tous les matins

Tous les jours

Je pars en voyage

Depuis quel âge ?

Ce fut toujours

Sans bagages

Le nouveau, jamais ne s’éteint

Chaque jour est un mystère :

Je découvre de nouvelles personnes, de nouvelles situations.

Et même les anciennes situations, je ne les regarde pas de la même manière.

Moi-même je ne suis plus le même tous les matins.

Les situations se renouvellent sans cesse. Elles sont nouvelles tous les jours. »

 

« 1. Tout être humain est un Mystère, un absolu.

Certains diront : tout être humain est sacré.

Tous, croyants, fidèles de différentes religions et traditions spirituelles, diront à leur manière : tout être humain est marqué par Dieu.

  1. Au plus profond de nous-mêmes, nous sentons que nous sommes appelés à construire une fraternité universelle sur la terre entière et peut-être même dans l’Univers, au-delà de toutes les frontières, des nations, des races, des religions.

3 Alors, faisons-la ensemble, cette fraternité même avec nos amis athées. Nous sommes tous les mêmes êtres humains. Au plus profond de nous-mêmes, quelles que soient nos origines, nos racines, notre culture locale, nous sentons cette envie de participer, à notre petite place, à cette grande aventure humaine.

  1. Comment avons-nous envie déjà de rêver de cette fraternité, de «fêter » ensemble (croyants, spiritualistes, athées…), dans l’espérance de cette fraternité à venir ?

  2. Il y a en nous une énergie qui va dans ce sens, une énergie qui nous dépasse, qui nous pousse à aller au-delà de ce que nous sommes actuellement ; au-delà de ce que nous connaissons de nous-mêmes ; une énergie qui nous entraîne au-delà de ce que nous comprenons, de ce que nous sommes. À cause de cette énergie, chacun de nous reste un mystère, même pour lui-même.

  3. Bien avant nous, d’autres personnes ont dû penser la même chose, mais chacun l’a dit à sa manière, dans son langage, dans les images de son époque dans sa culture : Mahomet, Jésus, Bouddha… Des siècles avant Jésus, une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où les hommes étaient des dieux. Mais Brahma décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher.

Où ? Dans la terre ? Non.

Dans le plus profond des océans ? Non.

Mais au plus profond de lui-même.

Depuis ce temps, l’homme a fait le tour de la terre, a exploré, escaladé, plongé, creusé… à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

 

 

« Pierre était un frère universel et je ne suis pas surpris de son souhait
de célébration de fraternité universelle.  Il avait trouvé dans
l’Evangile cet appel à l’ouverture sans limite à tous ceux qui cultivent
l’humain dans toutes ses dimensions et sous toutes ses formes,
religieuses ou non.
Pour ma part, l’ayant bien connu  dans le cadre de l’aumônerie de
l’enseignement public dans les années 70-80, j’ai vécu avec lui et
d’autres une très belle aventure humaine et évangélique, faite de
liberté, de créativité, de fraternité.
Il avait l’intuition que tout ce qui est profondément humain ne peut
être enfermé dans une seule tradition. Il était aussi convaincu que tous
les humains, à commencer par les jeunes,  ont en eux des possibilités
cachées qu’il convient de faire naître et de cultiver. Pierre aura été
un grand témoin de l’Evangile parce qu’il aura été passionné par
l’avènement de l’humain en toute personne.
Merci de me partager les différents témoignages qui  seront prononcés
lors de sa sépulture. »

Bien amicalement.
jacques Musset

le 17 février 2015

 

Nous sommes de tout coeur avec vous et les innombrables amis de Pierre.

Merci de nous partager les textes de la cérémonie de vos adieux à cette personnalité évangélique originale, brillante, foisonnante et courageuse, que j’aurais aimé rencontrer plus souvent

J’aime l’association de ces deux noms PIERRE DE GIVENCHY et Guy Marie Riobé. Car, Angevin d’origine comme lui, j’ai un peu connu le P. Riobé (vicaire épiscopal) notamment à l’occasion d’une intervention spirituelle engagée, où il s’adressait aux grand séminaristes d’Angers (dont je faisais partie à l’époque) : j’ai beaucoup apprécié la profondeur, la simplicité, l’humilité et l’audace de cet homme. Son départ brutal reste un mystère pour beaucoup d’entre nous : l’intolérance et l’incompétence de ses détracteurs n’ont-ils pas eu raison de lui ?

Cordialement

Yves et Marie-Christine

 

« Un homme de la fraternité »

Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, salue « la mémoire de Pierre de Givenchy qui, en fidélité aux engagements qu’il avait vécus en tant que secrétaire national de la Jeunesse Etudiante Chrétienne, de 1950 à 1954, en fidélité aussi à Guy Marie Riobé qui l’aura beaucoup marqué, a été avec les jeunes et les moins jeunes un « homme de la fraternité », créant des ponts entre les religions et les philosophies, développant les dialogues pour la paix et la compréhension mutuelle, et favorisant l’accès de très nombreux jeunes – depuis « Le bourdon et le  cafard » – à l’écriture et à la création ».

 

2 Comments

  • Patrice, Editions du Cygne 19 février 2015 at 15 h 51 min

    Nous avons eu la douleur d’apprendre le décès de notre ami et directeur de collection l’abbé Pierre de Givenchy. Pierre dirigeait depuis plusieurs années notre collection « Recouvrance ». Pierre était surtout un homme merveilleux, et ce n’est pas juste un qualificatif qui sied à ce genre de circonstances. Non, comme ironisait Brassens, les morts ne sont pas tous des braves types… Pierre lui l’était. Il était fondamentalement bon, ouvert, souriant, gentil, de cette gentillesse saine et naturelle qui faisait qu’on était immédiatement bien avec lui. Il y a de ces rencontres très (trop) rares qui font croire encore un peu en l’âme humaine… Pierre avait 86 ans, il avait choisi le chemin de la foi, la foi telle qu’il la concevait, pas cette foi rituelle, bête et imbécile qui habite les esprits qui ont besoin d’un sens pré-emballé. Non, Pierre s’était toujours moqué de cette foi et surtout des institutions qui s’en revendiquaient. Pierre était libre, ouvert, il aimait et aidait vraiment les autres. Il avait fondé le Centre Recouvrance qui accueille des ateliers d’écriture et des rencontres interreligieuses où tous sont les bienvenus (les athées, les juifs, les musulmans, les bouddhistes, les martiens…). Il était devenu ce voisin bien encombrant de l’Eglise mitoyenne de Notre-Dame de Recouvrance, très traditionaliste. Il avait été agressé l’an dernier au gaz lacrymogène par un membre se réclamant de cette Eglise qui lui reprochait son ouverture d’esprit. Pierre était un Charlie avant l’heure, un vrai Charlie… Respect mec !

    Répondre

  • Bodrad 27 février 2015 at 22 h 52 min

    Je viens d’apprendre avec émotion que l’Abbé Pierre de Givenchy est mort.Je suis athée et pourtant j’ai connu cet immense bonhomme quand j’étais tout gamin à Ingré.Il était l’ancêtre des éducateurs de rue, animateur,frère,père en même temps! L’abbé Pierre d’Orléans.
    Yves Bodard

    Répondre

Laissez un commentaire