Inventer une spiritualité… Publié juin 6, 2014 par Maurice

0

image_pdfimage_print

Comment dire et inventer une spiritualité pour aujourd’hui ?

La spiritualité est la vie de l’esprit en nous, vie de pensées, de sentiments qui inspire et oriente tous les moments de l’existence. Ou encore : la spiritualité constitue une dimension de l’existence où j’habite celui, ou celle, que je suis. Mais la spiritualité a-t-elle le même sens pour tous ?

Inventer une spiritualité ?

Parce que chacun doit toujours réinventer son chemin, et que rien n’est jamais acquis. « La spiritualité n’est pas installée en nous pour toujours, elle est une recherche. » Spiritualité laïque, nécessité de « se dégagerdes sillons de la chrétienté devenus ornières ». Notions de «spiritualité universelle», de participation à la spiritualité humaine, non nécessairement liée au religieux.

La prière

Des restrictions, des difficultés : « n’y aurait-il que les priants qui seraient des personnes spirituelles ? » Ou encore « je ne suis pas à l’aise avec la prière, je ne sais pas bien ce que c’est ». Mais aussi : « rien que de plus humain » et la question « une vie spirituelle sans prière, est-ce possible ? »

La prière est décentrement de soi. « Les psaumes nous font faire l’expérience de notre radicale impuissance. Ils sont remplis de cris, ils font état de nos luttes, l’adversaire y est nommé ». « Quête en moi-même, non pas de moi-même, mais du tout Autre appelé Dieu ». « Dieu, action qui est de nous, pas sans nous et pas que de nous ».

« Prière permanente, à tous les moments de la vie ». Prières « flashs ».

Prier pour soi, pour les autres que « je dépose devant le Seigneur comme le paralytique de l’évangile », « prier pour rester en contact avec Dieu, prier sans savoir qui l’on prie ». « Prier pour demander à Dieu de prendre soin de nos amours », « pour permettre à Dieu de nous dire quelque chose ». « Je l’avise et il m’avise ». « Mais peut-être ne pas dire Dieu trop vite ». «J’aurais tendance à me méfier de ceux qui disent entendre Dieu».

« Si nous avions des athées avec nous, aurions-nous abordé la question de la même façon ? » « Quand je dis “ je crois en Dieu”, je nomme ma source, je perçois quelque chose en l’homme qui dépasse l’homme ». « La transcendance n’est pas seulement verticale, elle est aussi horizontale, vers l’homme ».

L’éthique

La spiritualité ne saurait être un enfermement, chacun dans sa bulle. Il va de soi qu’il n’y a pas d’intériorité sans altérité, et que la spiritualité ne vaut qu’en relation avec des actes concrets. « Faire avec les autres, faire avec ses mains, partager des actions, des paroles, des repas… » Si nos pratiques sont spirituelles, elles seront de réels moments de conversion. Est soulignée la richesse que constitue l’appartenance à une communauté vivante et ouverte.

Difficulté à dire

Comment partager avec d’autres les valeurs de l’Esprit ? Les difficultés à dire s’éprouvent aussi avec les moins jeunes. Mais notre vie peut parler pour nous si elle est vécue de façon pleinement humaine, elle peut dire quelque chose du Dieu en quête de qui nous sommes. Ainsi, dans le respect de la démarche de chacun et dans un réel dialogue de vie, pouvons-nous rejoindre la quête spirituelle de nos contemporains (référence au succès du film Des hommes et des Dieux). « Les jeunes sont dans la culture de l’image, L’abbé Pierre et Sœur Emmanuelle, ils peuvent les voir en photos, Jésus non. »

La place du corps

La spiritualité est une participation de tout l’être à l’esprit qui est en nous. Il ne convient pas de considérer les spiritualités orientales comme de simples techniques de relaxation, mais comme une invitation à la mobilisation de tout l’être. Par exemple, la respiration consciente permet de se recueillir et de se concentrer.

L’importance du silence

« Tout le malheur des hommes est de ne pas savoir rester enfermés dans une chambre » (Pascal). « Parfois, il faut se mettre à l’écart et prendre le temps de savoir où on en est. »

Démarche du lâcher prise

« En me dépouillant de mes superflus, je vais à la rencontre de qui je suis »« En me libérant de mes blocages, tant physiques que psychiques, j’ai fait de la place à cet autre en moi. Mon regard sur moi et sur les autres a changé ». « Maintenant, je fais attention de n’écraser personne».

Le rôle de la nature

« Quand je doute, je regarde un coucher de soleil et ça va mieux ». Image de la source. Les jeunes de la Table Ronde de l’après-midi ont parlé de « ressourcement ». Selon Hetty Hilsum, nous sommes invités à désencombrer notre puits pour trouver l’eau profonde qui est en nous.

En guise de conclusion

L’expérience spirituelle authentique est peu ou prou la même pour tous. C’est la manière de la traduire qui varie selon les cultures et les religions. L’avenir du christianisme, porteur d’Évangile, dépend de sa capacité

Laissez un commentaire