1

Campagne électorale, réflexion d’un collectif d’associations

Campagne électorale

Un collectif d’associations de la région de Nancy comprenant Les Amis de la Vie, Chrétiens en Forum, RCF, CCFD, Secours Catholique, Habitat et Humanisme, MCC, ACI, Espérance 54 (Réseaux du Parvis) a organisé le samedi 3 décembre 2011 un Forum qui avait pour objectif d’interpeller les politiques à l’occasion de la période importante de la vie démocratique de notre pays : la campagne présidentielle.

Nous publions ci-après leurs propositions.

Propositions de l’atelier Assistanat – Solidarité

Considérant que la dignité de l’homme est un bien inaliénable, nous pensons que toute politique devrait :
– permettre et même inciter les personnes « aidées » à participer au fonctionnement de l’association mise en place, en lien avec les élus, de manière à retrouver leur dignité
– agir pour une société plus juste et fraternelle accordant aux plus fragiles l’accès aux droits fondamentaux : nourriture, logement, éducation, soins, …
– traiter les points névralgiques suivants :
• corriger l’écart injuste des revenus ;
• accorder davantage de subventions aux associations d’aide aux plus démunis (elles sont en baisse) ;
• freiner la délocalisation des emplois à l’étranger ;
• favoriser l’accueil des étrangers ;
• répartir avec équité l’effort de remboursement de la dette publique.

Propositions de l’atelier Précarité – Logement

Constatant le manque massif de logements, les loyers inabordables en ville, le coût excessif des terrains… et considérant qu’il y a urgence à ne laisser personne sans abri et à doter tout citoyen d’un logement décent, nous pensons que toute action publique devrait :

– promouvoir à long terme une politique de construction ambitieuse, combinant les aspects financiers, fonciers, architecturaux, urbanistiques… Cela nécessite des soutiens financiers accrus, mieux ciblés, afin de ne pas laisser le marché entre les mains des spéculateurs.

Constatant que les financements des centres d’hébergement ont été diminués et même coupés, et que le recours aux hôtels est d’un coût excessif pour l’État, nous pensons que toute action publique des préfectures ou des municipalités devrait :
– faciliter la possibilité de se loger par l’acquisition de logements pour l’action sociale et par une taxe sur les logements vacants pour réhabiliter l’existant.

Constatant que les préjugés entraînent une forte résistance à l’implantation de logements sociaux, nous pensons que les autorités compétentes locales devraient :
– favoriser la mixité sociale en profitant des opérations de rénovation urbaine pour permettre un consensus entre les acteurs (réhabilitations, PLU), en offrant des garanties (assurances, cautions …) aux propriétaires privés qui peuvent mettre à disposition des logements disponibles.

Devant un paysage institutionnel touffu (l’application de la loi DALO est loin de mettre à l’abri ceux qui en ont besoin), les citoyens sont perdus face à la multiplication des acteurs. Nous renvoyons au « contrat social pour une nouvelle politique du logement » et aux 4 engagements proposés aux candidats à l’élection présidentielle (cf. Fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés).

Propositions de l’atelier Appauvrissement – Croissance

Constatant que l’hyper-croissance mondiale va dans une impasse et mène à une politique inconsciente, nous pensons qu’il est nécessaire :

– d’inventer une nouvelle économie fondée sur la justice et faisant place aux jeunes générations ;
– de faire en sorte que la solidarité s’exerce à l’égard de ceux qui en ont le plus besoin, par l’effort de tous, et de ne pas accepter de vivre les uns sans les autres ;
– de promouvoir une société frugale et, au minimum, d’éviter tout gaspillage ;
– de réduire l’échelle insupportable des salaires et l’écart des revenus.

Propositions de l’atelier Maladie – Santé

Des constats alarmants :
– augmentation des risques psycho-sociaux ;
– addictions chez des jeunes ;
– blocages administratifs dans l’avancement des dossiers ;
– accès aux spécialistes rendu difficile ;
– surcharge des services d’urgence.

Nous proposons donc des priorités pour une égalité face aux soins :
– écouter et accompagner les plus fragilisés ;
– créer des centres pluridisciplinaires avec une composante sociale ;
– garantir un revenu correct pour toutes les personnes handicapées et favoriser leur insertion, en priorité par le travail ;
– construire des structures d’accueil pour les malades atteints d’Alzheimer ;
– développer et professionnaliser l’aide à domicile.

Propositions de l’atelier Isolement – Fraternité

Deux convictions :

– Une société qui exclut la jeunesse se condamne, et le climat dans lequel nous vivons porte à l’individualisme. Nous pensons donc qu’il est indispensable de porter attention au “départ dans la vie” des jeunes – accès à l’emploi, écoute de leur parole, même si elle est déroutante – et nous proposons le développement du service civil.
– L’Homme est avant tout un être de relation, et en relation… Nous pensons donc que tout doit être fait pour favoriser ce qui permet la relation, pour changer la vie :
• des associations à fonctionnement vraiment démocratique ;
• des réseaux “facilitateurs” ;
• un vivre ensemble intergénérationnel ;
• en ce temps de campagne électorale proscrire un langage de stigmatisation et de peur ;
• dans l’engagement politique agir sur les causes et non sur les conséquences de ce qui défait la relation.